Pensées, maximes, aphorismes et autres billevesées.

Publié par Alain C. Toullec

Incommunicabilité  du grand amour binaire !

Elle : c'est l'homme de ma vie !
Lui : c'est la femme de mon vît !

 

Elle me dit amoureusement : tu m’as manqué cette semaine…
- Bouge pas ! Je recharge…

Curieuse évolution ?
On ne peut plus dire de nos jours de certaines femmes intégralement nues qu'elle sont " à poil ".

Ce n'est pu - aussi - bien !

 

Avec Socrate, Épicure, Platon, nous avions la philosophie antique. 

Avec BHL, Honfray ou Michéa, nous avons la philosophie en kit.
  

Il ne faut pas confondre une montgolfière avec une orgueilleuse habitante des steppes extrême-orientales.
 
D'une femme volage pas très intelligente qui aimait se baigner : 
« Tant va la cruche à l'eau, qu'à la fin elle se casse »
 

Il parait que le Roi Midas était homosexuel.
Ah ! Comment le sait-on ? 
Tous ceux qui l’approchaient se faisaient des c... en or…
 
En Normandie, on ne peut y être et avoir l’été. 
 
La violence, c’est interdire à l’autre le pouvoir de dire non.
 
Les belles citations. Ou presque.
« Ne remets pas à demain ce que tu peux faire d’une seule. »
Pcc Onan

 
Je ne suis pas très intelligent mais les hypertendus m'apprécient : je suis le grand bêta bloquant.
 
-     Mais alors vous ne pensez qu'à ça ! 
-    Non, non, il m'arrive aussi de penser à vous... ça détend.

 
Les beaux proverbes. Ou presque.
D'un amateur de danseuses de l'Opéra à la retraite : 
« Un bon chien vaut mieux que deux petits rats »
 
Vous n’êtes pas très sportif ? 
Que voulez-vous ? À l’annonce d’un boxeur qui remonte sur le ring, je préfère m’intéresser au boxer qui remonte sur le string.

 
-    Dites-donc vous avez maigri, me dit-elle ! Vous avez perdu combien de kilos ? 
-    Je n’en sais rien, mais je vous remercie, à ce que je vois, de les avoir retrouvés. Vous pouvez les garder, je vous les laisse, c’est cadeau.
 
Politique.
Qui trop éteint, tout embrase.

 
On dit avec admiration d’untel, homme rigoureux, travailleur et intransigeant, qu’il est dur avec les autres comme il est dur avec lui-même.
Mais par quelle grâce le masochiste aurait-il le droit d’être sadique ?
 
C’est l‘histoire du chien qui aboie sans soif…
 
On doute des autres parce qu’au fond on doute de soi.
 
Félix était un pêcheur passionné qui chaque année renaissait de ses sandres.
 
 Médicament générique : contrefaçon dont la promotion est assurée par l’État.
 
D’un bavard moche : c’était un laid longue conversation

 
Les belles citations. Ou presque.
Vérité au deçà des périnées, fausseté au-delà. 
Pcc Brigitte Lahaie.
 
Connor MacLeod  se croyait immortel. C’était le Comte de Saint-Germain, en laid.
 
Un moustachu c’est quelqu’un qui porte des poils au-dessus des lèvres pour avoir l’air d’un con.
 
Ha ! La Bretagne ! Les Seychelles de secours…
 
Quand je vois une paëlla, j’ai l’impression que l’on a raclé les fonds des poubelles et mis tout ensemble… Sinon comment peut-on avoir pensé à mélanger du poulet, des calamars, des crevettes et des moules cachés dans du riz ? Celui-ci est tellement mal à l’aise qu’il en devient jaune ! Et avec ça, pour faire passer on te sert un bol de fonds de bouteille de mauvais vin avec du sucre et des épluchures d’orange qui surnagent.
Tu t’étonnes d’attraper la « turista » ! D’ailleurs à la fin du repas les gars et les filles souffrent tellement que pour faire passer la douleur, ils se rapprochent du feu, se contorsionnent, et tapent du pied par terre en gueulant : Aïe, Aïe, Aïe…
 

 
Comment faire plaisir à son « smartphone » ? Il suffit de trouver son point 4G…
 
Le mariage, c’est quand même la seule circonstance où l’on se vante de faire une grosse bêtise. Nous seulement on le fait savoir par écrit à tous ses proches et amis, on publie l’annonce dans la presse et en plus on klaxonne !
 
À confesse au, vingt-et-unième siècle :
-    Mon père, pardonnez-moi parce que j’ai péché…
-  Vous pouvez garder le silence, mais tout ce que vous pourrez dire pourra être retenu contre vous, vous pouvez avoir un avocat… »
 
Cette fille-là, pour lui téter le téton, il vaut mieux d’abord viser le vison.
 
Le psychiatre vous trompe en vous demandant d’interpréter des taches d’encre : le véritable test de Rorschach est d’être capable de prononcer le nom.
 
-    Connaissez-vous la différence entre la marée et la SNCF ?
-    La marée ne découvre la grève que deux fois par jour.
 

Quelle est la différence entre un artichaut bien cuit et une nymphomane ?
L’artichaut s’effeuille facilement et le cœur est sous les poils.
 
À une femme en short :
« Ces jambes vous vont très bien ! Vous les avez trouvées où ? »
 

Comme je le disais à ma copine lors de notre dernier rendez-vous :
Chose promise, chose dure.
 
Copain, vient de « cum panis », c’est-à-dire « avec le pain ». 
Autrement dit, avec le copain tu partages le pain, et avec la copine tu partages… l’addition.

 
Il faut me rendre à l’évidence : je suis un vieil ours bipolaire…
 
C’était l’histoire d’une Marie honnête brouillée avec ses fils…
 
Que veux-tu, je fais partie des gens qui veulent le labeur et l’argent du labeur…
 
C’est fou, mais c’est ainsi : de force, mon cas m’isole…
 
Mes maîtres à penser ? Pour certains, ce sont Marx ou Maurras, Nietzsche ou Lénine, Tocqueville ou Jaurès… Moi, c’est Alphonse Allais et Sacha Guitry, Pierre Dac et Bobby Lapointe ou encore Audiard.
 
Négritude ? J’ai aimé ces airs traditionnels africains…
 
« Oh ! Je sais bien, vous me prenez pour une poire !
-    Mais, non, mais non ! À propos comment allez- vous ? »
 
Le premier jour, Dieu créa les cieux et la terre, il créa la lumière et la sépara des ténèbres. Il vit que c’était bien.
Le deuxième jour il sépara la terre et les eaux… Il vit que c’était bien.
Le troisième jour il créa la végétation, les herbes et les arbres… Il vit que c’était bien.
Le quatrième jour il créa le soleil pour éclairer le jour et la lune pour éclairer la nuit. … Il vit que c’était bon.
Le cinquième jour, Dieu créa les animaux pour aller sur la terre et dans la mer. Et il vit que c’était bien.
Le sixième jour, Dieu créa l’homme à son image… À cet instant, dans sa grande sagesse, Dieu s’exclama : « je commence à fatiguer, je vais finir par faire des bêtises. »
Il s’arrêta le septième jour afin de se détendre et reprendre son souffle.
Et puis le lundi il reprit son ouvrage et créa la femme. 

Moralité, un jour de repos par semaine, ce n’est pas suffisant.
 
Grandes énigmes : combien d’hommes se sont-ils perdus dans le triangle du Bermuda ?
 
Il m’est souvent arrivé d’être tenté de me jeter du haut d’une tour… Mais je ne peux pas. J’ai le vertige.
 
Je n’ai pas peur de mourir. C’est arrêter de vivre qui me gêne…
 
La raison essentielle de créer son entreprise : quitte à travailler pour un con, autant que ce soit pour soi. 
 
En Normandie, même en plein soleil j’ai l’impression d’être sous la pluie.
En Bretagne, même sous la pluie je suis brûlé par le soleil.


Les belles citations. Ou presque.
Si les femmes savaient ce que l’on pense d’elles, elles penseraient ce qu’elles disent de nous.
Pcc Sacha Guitry


 
Tout ce qui brille ne dort pas.
 
Connaissez-vous cette magique histoire entre Henri de Toulouse Lautrec et Louise Weber, dite La Goulue ?
C’était en 1891, au Moulin Rouge.… Eh bien, ce jour-là ils se sont rencontrés, il retira son chapeau, et hop, le petit l’a peint.

 
Il fait encore beau ce matin, dit le renard.
 
Consensus, consensus, ils n’ont que ça à la bouche…   Consensus, c’est quand même mieux avec, non ?
 

-    Tu te rends compte, je ne lui avais pas encore dit grand-chose, pourtant il s’est senti tout froissé !
-    Et alors ?
-    Ben, comme il était froissé, je l’ai repassé à une copine.
 
On meurt moins souvent pour ses idées que pour celles des autres.
 
Ce jour d’hiver, le 8 février 1807, à Eylau, le soleil brille, brille, brille…
 
Malentendu divin…
Leda dit à Zeus : « Quand tu passeras dans le quartier, fais-moi un signe… »
Malheureusement Zeus faisait de la dysorthographie… Sans doute déjà un effet de la méthode globale !

 
Saviez-vous que les fascistes applaudissent avec leurs pieds ? Vous avez déjà essayé d’applaudir avec un bras tendu ?
 
Elle me dit : « nous sommes ce que nous mangeons ».
« Ça doit être vrai. Vous préférez celle de Vire ou celle de Guéméné ? »

 
En amour, c’est nous qui faisons tout le travail… Alors qu’une fois satisfaite, nous souhaitons nous enfoncer dans le sommeil, elle s’écrie : « je me ferais bien un chinois ! »
Insatiable…
 
Avant elles disaient : « prends-moi ! ». Maintenant, blasées, elles exigent : « surprends-moi ! ».
 
Contrat sous seing privé est une formule qui m’a toujours fait rêver.
 
Je veux être libre de mes pensées mais aussi de mes « mauvaises » pensées. Car je suis seul juge de leurs qualités.
 
Dieu n’existe pas. Je le sais, c’est lui qui me l’a dit.
 
« Tovarich » signifie aujourd’hui camarade ou ami. Mais ce mot vient du turc signifiant « marchand ». Dur pour un communiste ! Et voilà le premier secrétaire qui prend la parole : "Marchands, Marchandes"... Je vous présente le marchand Jean-Luc Mélenchon...
 
Les catholiques et les critiques de la consommation me font rire. Ils nous disent que l’on offre à Noël plein de choses inutiles et que c’est contraire à l’esprit de partage.
En quoi un nouveau-né aurait-il besoin de myrrhe, d’encens et d’or ? Un tapis d’éveil, un manège qui joue la berceuse de Brahms et une belle peluche ça n’aurait pas été si mal pour le petit Jésus, non ?
 
Nous verrons la fin de nombreux mondes avant de connaître la fin du monde.
 
Cette fille-là, même toute seule elle simulait encore.
 
On pouvait au moins dire au premier coup d’œil, que Stéphanie, debout, disposait d’une bonne assise.
 
On nous dit : aime ton prochain comme toi-même… Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les autres.
 
Réunion de famille.
Ce jour-là, il y a la jeune Justine, les parents et la grand-mère qui essaie de suivre la conversation.
Justine raconte.
« Ce weekend, je suis montée à Paris pour visiter des musées. Ça faisait longtemps que j’en avais envie.
-    Qu’est-ce qu’elle dit ? bougonne la grand-mère.
-    Elle est allée à Paris voir des musées.
-    Ah ! elle s’est bien amusée ?
-    Oui, oui, c’est ça !
-    Alors, reprend Justine, je me suis fait le Louvre, beaucoup trop de monde, c’est ouf, le musée Jacquemart André, une très belle villa au cœur de Paris, puis je suis allé aux Invalides et pour terminer en beauté je me suis fait, place de la Madeleine, la pinacothèque...
-    Qu’est-ce qu’elle dit ? Interrompt l’ancêtre.
-    Elle dit qu’elle s’est fait la Pinacothèque, répète plus fort la mère agacée.
-    Ah ! bon ? Et il fait quoi dans la vie ce garçon ?

 
Péage de raison
Le normand hésite longuement avant de choisir sa ligne. Au dernier moment, il fait un écart pour prendre celle d’à côté, juste devant moi. À quoi peuvent bien servir un clignotant et un rétroviseur sur les voitures ?
Il s’arrête trop près de la barrière. Il recule, avance, recule enfin pour se mettre à la bonne hauteur de la borne. C’est alors qu’il se met en quête de sa sacoche. Il est temps. Comme elle se trouve sur la banquette arrière, il doit s’étirer et gigoter en tous sens pour la récupérer. Enfin, il place la sacoche sur ses genoux, l’ouvre et fouille pour trouver son porte carte. Il sort le porte cartes, le déplie et se demande quel bout de plastique il va bien pouvoir utiliser. Il en choisit un.
Alors, il décroche sa ceinture pour être plus à l’aise, et, voulant introduire la carte, se cogne la main contre la vitre latérale qu’il a oublié d’ouvrir. Il fait une grimace et agite la main pour contrer la douleur. La carte tombe à ses pieds. Il se contorsionne, s’étire, à droite, à gauche et la ramasse sous son siège. Il ouvre enfin la vitre en entier. Il regarde sa carte et décide d’en prendre une autre. Il remet la première et sort la seconde. Puis il revient sur la première. Il tend la main pour enfiler sa carte dans la fente. Une fois deux fois, trois fois elle ressort à chaque reprise. Là, il est mûr pour se rendre compte que si ça ne marche pas c’est qu’il se trompe de sens. 
Cette fois, c’est la bonne. Il récupère sa carte, remonte sa vitre. Il la redescend aussitôt pour appuyer sur le bouton et récupérer la facturette. La machine couine. Il s’est trompé et a appelé le central.
Il appuie alors sur le bon bouton, et déchire la vignette en voulant la prendre. Il hésite. Attrape les morceaux.
Il remonte sa vitre, reprend le porte carte. Range sa carte et les bouts de la vignette. Puis reprend la sacoche, place le porte carte avec difficulté dedans.
Il referme la sacoche. Se retourne pour la remettre sur la banquette arrière, et elle tombe sur le plancher. Bon, ça sera pour le prochain péage.
Il vérifie qu’il est bien installé, règle le rétroviseur, remet sa ceinture, règle de nouveau le rétroviseur qu’il a heurté en mettant la ceinture.

Et enfin… 

Il cale.
 
On finirait par nous faire croire que les camps d’entrainement islamistes sont des colonies de vacances pour jeunes des cités… Youkaïdi, Al Qaeda…
 
Course à pieds dans les rues de Puteaux. Pourquoi courir après une ligne d’arrivée ? Quel que soit le temps que tu mets, elle n’aura pas bougé, inutile de te presser.
 
Observer Edmond garant sa Mercedes, ça, c’était dantesque !
 
Fumeur repenti ?
J’ai eu mon compte de Monte Cristo !
 
Avant 40 ans, les filles font toujours comme si c’était la première fois. Après, c’est comme si c’était la dernière fois. 
 
La femme idéale, c’est celle qui ne recherche pas l’homme idéal.
 
On lui sert une tarte aux mûres… Je le vois se pencher dessus, et fouiller délicatement chaque fruit avec la pointe de son couteau.
-    Qu’est-ce que tu cherches ?
-    Ben, les oreilles…

 
Cette fille, je pourrais être son grand-père… Cela dit j’aurais pu connaître sa grand-mère… Parce que les grands-mères d’aujourd’hui, elles peuvent toujours venir faire la morale… On les a connues quand elles avaient vingt ans !
 
D’abord on nous fait croire au Père Noël, puis en un Dieu tout puissant et ensuite on nous laisse croire à l’innocence des filles… Pourquoi tous ces mensonges ?
 
 Ce n’est pas tant que les français n’aiment pas les États-Unis, c’est qu’ils n’ont jamais compris que l’aigle américain ne fasse pas cocorico tous les matins…
 
L’avenir, l’avenir, on dit l‘avenir… mais pour moi, l’avenir c’est aujourd’hui… Et bientôt l’avenir, ce sera hier !
 
En droit français les luttes intestines des partis produisent des usines à gaz et ce sont les contribuables qui sont asphyxiés.
 
Je suis surbooké, disait la chèvre un peu volage…
 
Fin de West Side Story, version Starbucks : il est kaputt Chino…
 
Mon seul engagement : je ne convoiterai jamais le mari de ma prochaine.
 
Note à moi-même : penser, juste avant de mourir, à mettre de l’ordre dans mes affaires, éteindre la lumière et fermer la porte.
 
Ce gars m’agaçait en me donnant des conseils pour aménager ma maison, peindre, nettoyer le matériel, monter une étagère…
Alors je lui dis :

-    Tu as raison il faut toujours faire ce dont on est le plus capable.
Toi tu t’occupes de mes travaux et moi je m’occupe de ta femme…

 
Je me présente.
Il s’exclame : « Toullec, Toullec, mais ça me dit quelque chose, ça ! 
Alors, je réponds :
-    Maintenant que vous me le dites, tiens, à moi aussi ça me dit quelque chose…
 
On dit : les grands esprits se rencontrent. Mais il y en quand même beaucoup qui ont dû de se hisser sur la pointe des pieds.
 
Elle me dit : avec tout ce soleil on voit que tu as pris des couleurs.
- C’est vrai. D’ailleurs maintenant le matin vers 7 heures, je sors mon clairon et je joue le lever des couleurs.
 
Il ne pleut pas en Bretagne. C’est juste que les nuages passent parfois un peu bas…
 
Jane, une petite amie de mes vingt ans, est devenue « entérologue ». Comment une spécialiste des trous du cul aurait-elle pu me comprendre ?
 
Mélanie aime les chats…
Elle en a trois autour d’elle et un chaton sur les genoux. Elle prend le chaton et le regarde dans les yeux :
-    Qu’est-ce que je ne ferais pas pour une touffe de poils…
À mon silence, elle suivit ma pensée souriante.
Alors elle rosit.

 
Cette nuit j’ai été assassiné de deux balles dans la tête. 
Le bruit m’a réveillé.
 
L’État c’est le gars qui veut te sauver de la noyade en traînant un boulet au pied.
Plus il te sauve, plus tu coules

 
 Suite à mon incident de santé, j’ai beaucoup dormi. Je continuerais bien : on s’habitue vite à dormir, en somme.
 
L'indignation, cette jouissance stérile, est une masturbation de l’esprit.
 
À trois reprises, j’ai failli avoir un accident grave… Je vais finir par croire qu’il y a un dieu pour les athées.
 
-    Et ta sœur !
-    Je n’ai pas de sœur !
-    Tant mieux pour elle !

 
Anagramme
Ésotérisme… Érotisme osé ?
 
Tu peux regarder la mer en Bretagne des heures entières… Sans zapper, tu verras plus de variétés de couleurs, d’évènements surprenants que plusieurs jours de télévision en continu. 
Mais il ne faut pas le faire savoir. 
Un politique va réclamer une taxe !

 
La petite musique du temps de la communale : c’était du rite et même des blouses…
 
Lieux communs, clichés, pensées conformes et autres billevesées…
Elle me dit, promenant son chien sur la plage cette grossière banalité :
« Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien ».
 « Vous avez bien raison ! Allez trouver un homme qui accepte qu’on le promène au bout d’une laisse. Même pour les enfants cela ne se fait pas…
En plus ils veulent manger à table, les hommes, ils ne savent pas se contenter de croquettes, il leur faut des fruits de mer, des steaks, des frites, des légumes frais, du vin et de la bière… Et ça contredit, ça argumente… Aucune retenue. En plus ils ont des besoins sexuels et affectifs… Un chien, ça se frotte sur la jambe, bon et après, il peut même apporter de la satisfaction, au moins lui, il ne demande pas le mariage, la fidélité et tout et tout… Et puis, ce drame l’an dernier, ce petit garçon de 18 mois qui a dévoré vivant un rottweiler sous les yeux de son maître, la pauvre bête… Parce que c’est fréquent, ces chiens défigurés par des enfants qui mordent sans raison. Et il y a même des adultes qui s’y mettent. Non vraiment, ce sont les chiens les plus humains.

 
Il y a un bug ! J’admire le génie des informaticiens qui se dédouanent systématiquement de leurs erreurs de programmation. Si à l’origine une bestiole s’était égarée dans les circuits, c’est maintenant le sésame : c’est pas ma faute, y a un bug.
 
En Suisse, le Vaudois est toujours debout !
 
Il parait que Dieu a fait l’homme à son image… Il n’y a vraiment pas de quoi se vanter.
 
Avec Sherley, c’était “english in the sex…”
 
Hétérogène, c’est la contraction d’hétéro et érogène…
Je caresse la zone hétérogène…
 
En pensées, c’est le courant éclectique qui donne la lumière…

Ma femme vient de Laval… 
L’art de faire monter la mayennaise à Paris… ?
 
Les beaux proverbes. Ou presque.
Qui trop embrasse, rate le train.

 
Don Quichotte, atteint de folie, s’attaquait à des moulins à vent en les prenant pour des géants.
Les écologistes sont plus fous encore : ils construisent eux-mêmes des moulins à vent et prétendent que ce sont des géants.
 
Aujourd’hui, j’ai décidé de remettre ma procrastination à demain…
 
La sécurité est l’alibi des tyrans.
 
-    Je vais avoir un animal de compagnie…
-    Ah, bon ? Tu vas te marier ?
 

On dit « mystère de la vie ». Mais il n’y a pas vraiment de mystère, on sait par quelle réaction physico-chimique nous sommes là, les zones d’ombre persistantes s’évanouissent avec la connaissance scientifique.
C’est le mystère de la conscience qui m’étonne. Ce néant d’où nous sommes venus et qui nous attend.
 
Dès qu’elles sont veuves, quelque chose leur manque. Alors elles prennent un animal de compagnie.
Alors elles sont heureuses, car elles se retrouvent comme avant la mort du mari, il n’y a rien de changé.
 

On s’offusque facilement de voir quelqu’un agresser une personne sans défense.
Ce qui m’offusque, c’est que l’on ait l’idée d’agresser une personne quelconque, y compris celle qui sait se défendre.
 
La femme idéale, c’est celle qui ne recherche pas l’homme idéal.
Et vice versa.

 
Dommage que Dieu n’existe pas, cela rendrait bien service.
 
Ce type était tellement imbu de lui-même, que quand il croisait son reflet, il se regardait de haut.
 
On cherche tous de la reconnaissance. Ce n’est pas difficile. Pour recevoir des compliments, il suffit de mourir.
C’est juste un peu dommage de ne pas pouvoir en profiter.
 
Avec tous mes amis des réseaux sociaux qui écrivent dans leurs langues, anglais, géorgien, hébreu, arabe, espagnol, portugais, breton, suisse allemand, wallon, tchèque, italien, québécois… j’ai pensé que pour moi aller sur Facebook, c’était faire le tour de Babel web !
 

Dans le cours de la vie il n’y a qu’une certitude : la fin.

 
Les pédagogues modernes ont tant bassiné les élèves sur la notion de langage soutenu, qu’il n’y a plus rien entre « Putain, le con » et « diantre soit le fat ».
 
Elle me faisait les poches pour me voler mes bijoux de famille. 
 
S’il ne reste que Caïn, je serais celui-là.
 
Les belles citations. Ou presque.
Ça y est ! Je suis conquis, j't'adore ! 
Pcc Hernan Cortès
 
Il faut descendre pour mon thé, même si c’est le petit qu’a fait au lait.
 
Je respecte votre foi. Respectez ma raison.
 
Les marchés sont myopes, disent-ils… mais l’État est bête, stupide, l’État est un incapable majeur qui doit être mis sous tutelle.
 

Aujourd’hui je ne fais rien. Sans préavis, j’ai décidé de me mettre en rêve illimité. 
 
Aimant trop les femmes, je ne jouerai jamais à « concombre et cornichon ». L’un et l’autre sont des cucurbitacées… Vous voyez ce que je veux dire ?
 
Pour rester en bonne santé, il faut manger « bio ». C’est vrai, l’amanite phalloïde, le gui ou la ciguë aussi sont 100% bio
 
Dans mon jardin, j’ai un coucou. Il vient de chanter. Il faut que je me dépêche car je dois être en retard : il est 32 heures passé !
 
Maintenant que les anciens de Mai 68 ou leurs héritiers ont pris le pouvoir et tous les leviers de commandement de la société, c’est sous les empaffés, la rage.
 
Toute sa vie on se plaint de ne pas avoir le temps de tout faire.
Et puis vient l'âge où l'on n’a plus le temps de ne rien faire.

 

Culture, économie, entreprenariat, croyance, pensée, art, créativité, innovation, assurances maladie ou retraites, protection, instruction et pédagogie, production, distribution, valeur, vie, action, amour ou mort, propriété, association, circulation la réponse est : « la Liberté ».
Vous pouvez répéter la question ?


 
En groupe, j’étais toujours celui qui était relégué sur le côté, à droite ou à gauche, et le plus souvent un pas derrière, tendant le cou et pointant l’oreille pour entendre ce qui se disait sous l’impulsion du leader autoproclamé, riant avec les autres sans savoir pourquoi, juste pour faire partie de la bande. Il fallait être vu des autres, avoir sa place.
Et puis un jour j’ai enfin découvert que faire partie de la bande, exister par la présence ou la position dans un groupe est une ambition usante et stérile. Il est urgent de vivre sa vie et de prendre son propre chemin. Mais la bande ne l’accepte pas.

 
Être socialiste c’est jouer aux échecs en voulant savoir à l’avance qui va gagner la partie et en prévoyant chaque coup que fera l’adversaire.
 
Guerre des gaules… Bagarre entre pêcheurs à la ligne ?
 
Sonnez trompettes ! Le prophète, éclairé, mit l’Hégire au phare ?
 
Pour vivre vieux il est bien plus urgent de réduire sa colère stérile que son cholestérol.
 
« Zoociologie » appliquée.
Dans mon champ j’observe un mouton du troupeau aller vers la droite. Sans tarder, tous suivent à droite. Il penche à gauche, tous s’épanchent de même. L’un bêle et c’est un concours de la « star ac’ »: elles font toutes bêle, bêle, bêle comme le jour, bêle, bêle, bêle comme l’amour !
La psychosociologie des foules de moutons n’a donc rien à envier à celles des hommes : ce sont les champions de la solidarité.  
C’est quand même curieux d’assister quotidiennement à une manif sous ses fenêtres.

 
Management de projet.
Alors tu expliques aux étudiants que pour monter un projet, il est toujours nécessaire de prévoir l’imprévu, que les conditions de la réussite du plan A n’est jamais sûre et qu’il est raisonnable d’imaginer un plan B et que si celui-ci n’est pas encore suffisant, il reste encore vingt-quatre lettres de secours dans l’alphabet.
Et là, ils passent directement à la dix-septième lettre de l’alphabet.

 
On nous dit que nous n’emporterons pas dans la tombe nos richesses.  Mais nous n'emporterons pas non plus nos connaissances, notre art, nos joies ni nos peines. Rien ne subsiste.
 
Il est toujours plus difficile d’être ascète quand on est deux, surtout dans un cinq à sept.
 
J’ai souvent franchi les portes du paradis… C’est juste qu’il a changé de prénom.
 
On peut être Égyptien sans avoir la chance d’avoir un papy russe.
 
Pourquoi les réfugiés arrivent-ils en bateau à moteur ?
Parce qu’on leur a dit que les bateaux à rames c’était interdit.
 
Le scooter du président s'appellerait-il Tornado lorsqu'il court dans la nuit pour prétendre multiplier les aides ?
 
Le 8 mars, c’est la tournée de la femme. Allez, cul sec !
 
Lui : je ne vois pas de quoi tu te plains. De toutes les salopes que j’ai connues c’est quand même toi que j’ai épousée.
 
Je rencontre mon ex.
-    Bonsoir Alain !
-    Bonsoir à l’autre
 
Mariage à la compagnie créole : « c’est, c’est, c’est l’hymen… »
 
Il ne faudrait pas prendre les calvities pour des lanternes.

 
Des promesses, toujours des promesse.
Il ne faut pas dire à une femme : « fontaine, je ne boirai pas de ton eau. »
Il ne faut pas dire à une femme fontaine, je ne boirai pas de ton eau.
 

L’intérêt des auteurs morts, c’est qu’ils ne peuvent plus changer d’avis.
L’inconvénient, c’est qu’on peut leur faire dire tout ce qu’on veut.
 
Croyez-vous en Dieu ? Absolument, j’ai toujours cru en moi.
 

Autrefois, on se mariait pour la vie. C’est-à-dire pour dix, quinze parfois vingt ans.
Aujourd’hui, en se mariant pour la vie on en prend pour soixante ans !
Soixante ans, vous vous rendez-compte ? Même les pires des criminels n’écopent pas de peines aussi longues ! Et ils peuvent de plus compter sur des remises de peine, des libertés conditionnelles et des permissions de sorties !
D’ailleurs, on ne dit plus je suis fiancé, mais je suis en préventive.
 
Que voulez-vous j'aime voir des femmes nues…
Et si cela choque quelqu'un, je lui indiquerais volontiers un excellent psychiatre.

 
Égoïsme : accusation proférée à l'encontre de ceux qui refusent d'être des esclaves.
 
Les gens préfèrent abandonner leur propre liberté plutôt que laisser les autres en jouir.
 
Newton commence à me pomper l’air. C’est fou le nombre de choses qui tombent de mes mains à cause de lui !
 
D’où vient la haine des femmes de la part des grands couturiers ?
Ils les enlaidissent, les attifent de vêtements improbables, les font marcher avec des chaussures dangereuses de forme et de hauteur, les contraignent à se déplacer sur les podiums d’une façon qui les rendent débiles en tricotant des jambes et leur demandent de faire systématiquement la gueule. Enfin, les poussent à une taille anorexique alors que les hommes, et sans doute les femmes, préfèrent avoir les mains pleines.

 
Il est curieux que ceux qui critiquent le plus la société de consommation réclament à cor et à cris des relances par la demande, l’œil rivé sur le pouvoir d’achat, donc le pouvoir de consommer. Ils veulent une relance par l’investissement et punissent fiscalement les investissements et l’épargne.
 
Au supermarché, j'entends glapir une femme derrière moi. « Henri, mais Henri, pas cette caisse, celle-là, ce que tu es empoté, tu pourrais me répondre au moins ! »
Elle se place avec humeur devant moi :
« Oh pardon, je vous ai pris pour mon mari... Comme il fait le sourd quand je lui parle... »

-    Madame, si on me parlait comme vous lui parlez, je déciderais d’être sourd moi aussi... Ou veuf, très rapidement...
 
Hypocrisie, dissimulation ou pudeur ?
On dit : unetelle sort avec untel. Pour ne pas dire qu’ils couchent ensemble. Tout le monde sait ce que cela signifie : ils baisent. Ils s’embrassent, se touchent elle empoigne son sexe, le suce, il mordille et lèche ses lèvres inférieures, suce son clitoris, enfonce sa langue au plus profond. Elle se retourne, lui monte dessus pour se faire pénétrer pendant qu’ils bougent alternativement il lui attrape les seins, tente de mettre l’aréole en bouche, et quand ils finissent embrassés serrés il ajoute à son extase une giclée de plaisir. 
Bref, ils sortent ensemble…
Et voilà qu’elle me dit tout naturellement : nous sommes sortis ensemble quelques temps. Et tu voudrais que je ne sois pas jaloux, indifférent à tout ça ?  Mais c’est effrayant d’y penser, les images que j’ai maintenant quand je te regarde. Quelle horreur !
 
Au mariage tu épouses un désir. Après tu vis avec un devoir.
 
Deux copines prennent le thé.
Elles parlent de la pluie et du beau temps et la première dit à l’autre :
-    Comment vont les enfants ?
-    Julie marche très bien à l’école, quant à Louis il faut toujours le pousser.
-    Et ton mari, Dominique ?
-    Ah ! Dominique, ça c’est sûr. Mais pas moi en tout cas.
 
Mystère : de deux femmes pareillement dénudées, aux positions exposant leur intimité, l’une paraîtra vulgaire et l’autre explosera de sensualité réveillant de l’homme sa vigueur. Une femme aux traits réguliers, affichant une plastique irréprochable peut laisser indifférent et ne déclencher aucun désir. Tour se passe dans l’œil, le sourire, le visage, l’attitude bien plus que la forme des seins ou la tenue des fesses. 
 

Prenez un homme de taille normale, un mètre quatre-vingt-deux et demi. En dessous commence le nanisme, au-dessus c'est disproportionné. 
 
Les trois âges de l’amour.
L’amie de cœur, l’amie de corps et l’amie de pain.
Après, on s’encroûte.

 
Et pourquoi les licornes, ça n’existerait pas ? Il suffit de croiser un narval avec un poney rose…
Le plus difficile étant de trouver le narval qui serait volontaire. 

Anagramme ?

Groenland : Grand Noël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :